Translocation d’addax et d’oryx, un grand pas vers la restauration de la faune saharienne en Tunisie !

Translocation d’addax et d’oryx, un grand pas vers la restauration de la faune saharienne en Tunisie !

Une opération majeure de translocation d’addax (Addax nasomaculatus ) et d’oryx algazelle (Oryx dammah) a été organisée en Tunisie du 20 au 26 février 2007. L’opération consistait à capturer 20 addax et 10 oryx sauvages dans le Parc National (PN) de Bou Hedma (gouvernorat de Sidi Bouzid) et de les transporter dans 3 Parcs Nationaux, le PN de Djebil, proche de Douz, le PN de Senghar, proche de Tataouine (parcs sahariens pour les addax), et le PN de Dghoumès (gouvernorat de Tozeur), pour les oryx.

Le but de ces translocations est de créer plusieurs populations semi-captives d’oryx et d’addax dans différents Parcs Nationaux, pour mieux gérer la diversité génétique de ces populations et limiter le risque de mortalité massive par une épidémie, et surtout pour préparer la réintroduction de l’addax dans la nature, dans le Grand erg oriental, vaste zone saharienne de dunes à la frontière de la Tunisie et de l’Algérie.

L’opération s’est déroulée sans incident. Vingt addax ont été capturés à l’aide de fusils anesthésiques, transportés dans des caisses par camion de nuit, et relâchés le matin dans les PN de Djebil et de Senghar. Selon la même technique, 8 oryx ont pris le chemin du PN de Dghoumès. De nombreux prélèvements et prises de données scientifiques (suivi sanitaire des animaux, génétique, biométrie, etc.) ont été effectués à cette occasion. Les captures se sont accompagnées d’un voyage d’étude de professionnels d’Algérie, du Maroc, du Sénégal et de Tunisie, qui ont activement participé à toutes les phases des translocations et ont pu échanger sur les stratégies de conservation dans les différents pays voisins. Les opérations étaient placées sous l’autorité de la Direction Générale des Forêts (Ministère de l'Agriculture, Tunisie) et organisées par la CMS (Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage - Convention de Bonn). Le Fonds Français pour l'Environnement Mondial (FFEM) est le bailleur de fonds principal du projet. De nombreuses institutions scientifiques étaient associées à cette opération, dont l’IRSNB (Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique), l’IGF (Fondation Internationale pour la Sauvegarde de la Faune Sauvage), ZSL (Société Zoologique de Londres), le Muséum National d'Histoire Naturelle (MNHN), France, et le Zoo de la Palmyre.

Suite à cela, et sous la supervision de la communauté internationale des parcs zoologiques, un groupe d’addax et d’oryx devrait arriver à l’automne 2007 (PN de Djebil et de Senghar pour les addax, PN de Dghoumès pour les oryx) en provenance de parcs zoologiques européens et nord-américains, afin d’augmenter la diversité génétique de ces populations.Ces translocations revêtent un caractère symbolique essentiel pour la Tunisie et pour la communauté internationale de conservation de la nature, et s’inscrivent dans un programme de long-terme pour la restauration du patrimoine naturel tunisien, et en particulier, pour la réintroduction de l’addax in natura .

*Le but du projet est de contribuer à la conservation des antilopes sahélo-sahariennes, à travers des inventaires scientifiques, le renforcement du réseau d’aires protégées, le soutien à des programmes de reproduction en captivité et de réintroduction, l’implication et la sensibilisation des communautés locales et des actions de renforcement des capacités (formations, etc.). Le projet s’inscrit dans une démarche régionale, intitulée « Action Concertée pour la conservation et la restauration des antilopes sahélo-sahariennes - ASS », initiée par la CMS (Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage, appelée Convention de Bonn, sous l’égide des Nations Unies). Cette action concerne 6 espèces d’antilopes (oryx algazelle, addax, gazelle dama, gazelle leptocère, gazelle de Cuvier, gazelle dorcas), toutes menacées de disparition à l’échelle mondiale. Le projet concerne principalement la Tunisie et le Niger. Le Mali, le Maroc, la Mauritanie, le Sénégal et le Tchad sont également impliqués, à travers des actions d’inventaires et de formations des acteurs.

 
 

Divers

  • Contacts
  • Mentions Légales
  • Plan du Site
  • Crédits
  • Alliantech
Vous êtes ici : ACCUEIL Actualité Archives 2007 Translocation d’addax et d’oryx, un grand pas vers la restauration de la faune saharienne en Tunisie !